Documents d'archives


Fonds de Richard Martin [archives écrites]

Date(s) de création : 1929-1943

Description physique :
1,5 cm d’archives écrites.

Bio / Histoire administratif :

Richard Martin est né là où la rivière Peel prend sa source, le 1er juin 1879 ou 1882. Il était le fils de Martin Sha-un- Nakhya (le vieux Martin) et de Jane Chiljulthoo. La famille de Richard Martin était Tukudh, peuple de la lignée des Gwich’in qui vivait et se déplaçait dans la région de la rivière Porcupine, dans le cours supérieur de la rivière Ogilvie et dans le secteur ouest du bassin supérieur de la rivière Peel. Richard Martin avait six frères et sœurs, soit John Martin, Thomas, Annie G. Robert, Bella Alexie, Adeline Billips et Charlotte Vehus.

Richard Martin était chasseur, trappeur et guide chevronné. En 1901, il a fait partie du premier groupe de chasseurs et trappeurs Gwich’in à passer par Dawson City. Par la suite, les Gwich’in sont revenus annuellement en hiver pour vendre de la viande de caribou aux gens de la région. Pendant ces visites, les hommes restaient en aval de Dawson, à Moosehide. Ils rentraient chez eux avec des marchandises des magasins de la région.

En 1904, la Royale gendarmerie à cheval du Nord-Ouest (RGCNO) a entrepris des patrouilles hivernales annuelles entre Dawson City et Fort McPherson. Ces patrouilles ont fini par se rendre jusqu’à l’île Herschel. Richard Martin a guidé deux de ces patrouilles, mettant ainsi à profit ses compétences et ses connaissances des chemins et des camps traditionnels.

La foi chrétienne a joué un rôle de premier plan dans la vie de Richard Martin. Son oncle, Amos Nijootli, a enseigné le catéchisme aux Premières Nations après l’avoir appris de Robert McDonald, missionnaire anglican. Nijootli a également appris à son neveu à lire et plus tard, Richard Martin a assuré l’éducation religieuse des peuples des régions éloignées du bassin hydrographique de Peel. Le 22 août 1926, Richard Martin e été ordonné diacre de l’église anglicane par l’évêque I.O. Stringer.

Richard Martin a continué ses travaux de ministre du culte auprès des Tukudh jusqu’en janvier 1927, date à laquelle son fusil a explosé pendant un voyage de chasse, le blessant gravement à un œil. Déjà aveugle de l’autre œil en raison d’un accident remontant à son enfance, Richard Martin était alors complètement aveugle. Après son accident de chasse, il s’est installé à Moosehide où il a joué un très grand rôle dans les affaires de l’église anglicane St. Barnabas, notamment en chantant la messe en l’absence des missionnaires résidents.

Richard Martin s’est marié quatre fois. Ses femmes s’appelaient Enna, Rachel, Martha Roderick et Mary Tetlichi. Avec Mary, sa dernière épouse, il a eu huit enfants. Son fils Joe venait d’un mariage précédent. Jane était l’aînée. Elle était suivie d’Alice, de Lydia (et de sa jumelle qui est morte en bas âge), de Benjamin, de Talitha (née en 1924), de Charlotte et d’Annabella (Ann). Mary et Richard Martin ont figuré parmi les dernières personnes à quitter Moosehide, en 1962.

Richard Martin est décédé le 3 avril 1975. Tant l’église anglicane que les Tr’ondëk Hwëch’in se souviennent de lui comme un chef dévoué. La chapelle située derrière l’église anglicane St. Paul lui a été dédiée.

Portée | Contenu :
Ce fonds est constitué de matériel recueilli par Richard Martin au village Moosehide, Territoire du Yukon, de 1929 à 1943. Il comprend huit volumes reliés des évangiles selon Mathieu, Marc, Luc et Jean en caractères en relief Moon; des textes sacrés sur feuilles détachées en caractères en relief Moon; de la correspondance de l’église; des chèques oblitérés; un bulletin imprimé se rapportant à l’œuvre missionnaire de l’église anglicane dans le nord du Canada; et du matériel de promotion de l’église.

Numéros d’entrée : 1983.70, 1995.157


Dawson City Museum is located in the Old Territorial Administration Building at 595 Fifth Avenue.
Phone: 867-993-5291 • Fax: 867-993-5839 • E-Mail: info@dawsonmuseum.ca